Recherche

Faire un don

Se tenir informé

  • Pour recevoir nos newsletter

Nous avons réuni dans cet article quelques témoignages de familles d’accueil, espérant susciter des vocations, ou au moins faire comprendre en quoi consiste notre travail.

- Mathilde, famille d’accueil depuis septembre 2009

"C’est une aventure très enrichissante, j’ai beaucoup appris sur les lapins depuis que je suis famille d’accueil, j’ai compris d’autant plus à quel point il s’agissait d’un petit animal sensible et unique en son genre.

C’est un vrai plaisir d’observer les progrès que notre petit protégé fait chaque jour, les lapins arrivent souvent en ayant un passé lourd et triste derrière eux, c’est comme un challenge que de les rendre heureux et leur redonner confiance.

J’irais même jusqu’à dire que c’est valorisant d’être FA car on contribue au sauvetage d’un lapin qui aurait connu un triste destin s’il n’avait pas croisé la route de l’association. Par ailleurs, les membres du bureau et les autres familles d’accueil de l’association sont très présentes et à l’écoute des inquiétudes et doutes que l’on peut avoir quand on a un petit lapin en accueil, c’est donc une aventure que l’on ne vit pas seul.

Pour finir, j’ajouterais que rien ne vaut la satisfaction d’une adoption réussie, pour ma part ça a été toujours un moment émouvant que de voir partir l’un de mes loulous vers ses adoptants, j’avoue avoir été partagée entre plaisir et chagrin, car on s’implique beaucoup émotionnellement mais les adoptants donnent régulièrement des nouvelles de leur lapin dans leur nouvelle maison où ils vivent comme des pachas !

J’encourage tous les passionnés de lapins à tenter l’aventure, à partir du moment où l’on a la place et le temps, n’hésitez pas à poser vos questions sur notre forum, les FA présentes se feront un plaisir d’y répondre pour vous aider dans votre choix !"

- Emilie, famille d’accueil depuis novembre 2008

"Être famille d’accueil c’est vivre du concentré d’émotion ! Quel chemin parcouru entre le moment où le lapin arrive, avec son vécu et ses particularités, et le moment où il part chez ses adoptants ! Un vrai parcours initiatique pour lui comme pour nous...

Quand on est famille d’accueil, on a déjà la grande fierté d’avoir sauvé une vie. Mais ça ne s’arrête pas là, car chaque jour on apprend de nouvelles choses, on découvre, on s’adapte, et rien n’est plus gratifiant que de voir le lapin s’épanouir à notre contact. Quand on est propriétaire de lapin depuis un moment, on oublie à quel point on peut ressentir une joie simple de voir l’animal goûter un nouveau légume, s’installer fièrement dans sa litière quand il comprend que c’est là qu’il faut faire ses besoins, faire des bonds de cabris en découvrant ce que c’est de sortir de la cage...

En étant pragmatique, être famille d’accueil, c’est aussi pouvoir bénéficier de la compagnie d’un lapin sans s’engager sur du long terme ni financièrement comme pour une adoption...

Pour ma part, la tristesse de voir partir l’animal est largement compensée par l’extrême joie de voir l’animal heureux dans sa famille définitive, de voir ses nouveaux propriétaires comblés... D’ailleurs, beaucoup d’adoptants sont devenus ensuite des amis...

Il n’y a aucun sauvetage que je regrette. Mes plus grandes satisfactions demeurent les sauvetages de Molly (lapine handicapée à qui j’ai appris à se déplacer sans aide), Chanel (que j’ai nourrie à la pipette pendant 1 mois 1/2 pour la sauver), Hermine (que j’ai vu grandir, puisqu’elle est arrivée chez moi à un mois à peine) et bien sûr Gervaise que j’ai adoptée... J’ai été aussi très heureuse de voir des adoptants venir ré-adopter à l’association quelques mois après leur 1ère adoption afin de former des couples (Blanche-neige/Tintin, Némo/Cachou, Moriganne/Simba).

Mais ce que je préfère par dessus tout en étant famille d’accueil, c’est poursuivre mon propre apprentissage ! Les lapins sont des animaux fascinants et en voir évoluer un grand nombre chaque année nous apprend à quel point ils sont complexes et intéressants. Cela nous apprend aussi à gérer les situations d’urgence au point de vue vétérinaire comme comportemental, nous permettant ainsi de devenir de meilleurs maîtres pour nos propres animaux..."

- Sandy, famille d’accueil depuis mai 2010

Au départ, mon mari m’avait offert un lapin car il savait que j’étais très attirée par ces petites bêtes... Il n’a d’ailleurs pas eu le réflexe ni d’aller dans une structure SPA ou de s’adresser à des associations pour adopter, Bunny a été acheté en animalerie.

Je voulais que mon loulou soit bien dans ses papattes et dans sa tête, alors je suis allée me balader sur internet pour y glaner des infos. c’est là que je suis tombée sur le site Marguerite et Cie, et par la suite le site d’Ani-nounou : déclic !!!

Je ne pensais pas qu’autant de lapins (et d’autres types de NAC) étaient abandonnés ou maltraités ! J’ai alors décidé d’entrer en contact avec l’association et l’aventure a démarré...

Au début je n’étais pas du tout sûre de moi et avait une peur incroyable de faire des "conneries", que le lapin que j’avais en FA soit victime d’un accident, d’une maladie ou même qu’il décède... Petit à petit, je me suis détendue, je me suis dit que si mes lapins à moi étaient bien, il n’y avait pas de raison que les pensionnaires que j’accueillais ne le soient pas aussi ! Il fallait juste accepter et respecter certaines règles importantes pour le bien de notre protégé.

Depuis mon inscription, j’ai gardé miss Thimbu (environ 5 mois) que j’ai pratiquement élevé puisqu’elle est arrivée à la maison à l’âge de 3 mois environ. En ce moment c’est miss Choco qui, elle, a 4 ans 1/2 env. et qui est en passe de partir chez ses futurs adoptants.

Pour la suite ? Je ne sais pas encore, il y a tellement d’abandons et de situations urgentes que je prendrais sous ma responsabilité celui ou celle (peut-être un couple) qui en aura le plus besoin...

A toutes celles (tous ceux) qui envisagent de se lancer dans l’aventure d’être FA, je dis (et cela n’engage que moi) : qu’il s’agit de passer du temps que ce soit pour l’entretien, le ménage, les soins et l’attention donnés au lapin, qu’il ne faut pas s’engager à la légère car l’animal est doué de sentiments tout de même et qu’il est désastreux pour lui d’être trimballé de structure en structure car les personnes n’ont pas mesuré l’importance de la tâche ! Par contre, c’est une expérience formidable, sans cesse renouvelée car tout lapin est différent, c’est un défi aussi : certains sont peureux, agressifs (il faut regagner leur confiance), ils sont très drôles lorsqu’ils sautent et courent partout, qu’ils se dressent sur leurs pattes... Ils sont attendrissants lorsqu’ils se lâchent, qu’ils sont entièrement en confiance et s’ils sont deux (pure bonheur) ils se papouillent...

- Céline, famille d’accueil depuis novembre 2010

J’ai commencé à être famille d’accueil en novembre 2010. L’idée me trottait dans la tête depuis un moment mais j’hésitais. Et si je n’y arrivais pas ? Et si c’était trop contraignant ? Et si le lapin était malade ?

Un jour j’ai reçu un mail de l’association nous alertant sur une prochaine euthanasie d’un lapin. il fallait absolument une FA. Je me suis décidée en 10 minutes et trois jours plus tard est arrivé Kowalski. Ce petit lapin avait été abandonné dans la rue et ramassé par la fourrière.

Kowalski ne m’a jamais fait ressentir qu’il détestait l’homme malgré ses épreuves. Au contraire, une vraie boule de câlins et de tendresse. Il était propre, calme , adorait les gratouilles ! Bien sûr, il a fallu lui apprendre certaines choses, mais je crois que nous avons beaucoup appris l’un de l’autre.

Lorsqu’il a été adopté, c’est avec un mélange de tristesse et de joie que je l’ai vu partir. La veille de son départ, je lui ai beaucoup parlé, en pleurant un bon coup pour ne pas le faire devant ses adoptants. Quand aujourd’hui je vois des photos de lui chez sa nouvelle famille, je suis vraiment heureuse. Il est de plus en plus épanoui et sa famille en est gaga !

Kowalski est à jamais dans mon coeur et je le remercie pour ce qu’il m’a apporté. Cela m’ a permis d’être famille d’accueil à nouveau, de connaître encore mieux les lapins et surtout de sauver une vie.

- Véronique, famille d’accueil depuis avril 2011

L’envie de devenir FA trottait dans ma tête depuis un moment. Et puis je me suis décidée ! Le moment où j’ai ouvert le mail m’annonçant l’arrivée d’un premier petit lapin a été très émouvant ! Je me suis rendu compte à ce moment là que j’allais avoir la charge d’une vie... Et quelques semaines plus tard Berlioz était là. Je me souviens que pendant les heures précédant son arrivée je me suis demandé si je n’allais pas tout rater ! Mais il m’a suffit de voir cette petite boule de poils blottie au fond de la caisse de transport pour que l’envie de le rendre heureux annihile la peur.

C’est fantastique d’observer ce petit lapin inconnu, de s’apprivoiser mutuellement, et de le voir évoluer et prendre confiance ! Bien sûr le moment de la séparation est difficile, mais l’envie de recommencer l’expérience et de voir arriver un nouveau venu atténue cette peine. C’est tellement enrichissant de voir un petit être timide et craintif se transformer en un lapin sociable et confiant ! Berlioz était très méfiant vis-à-vis de l’Homme... aujourd’hui il gambade tout heureux dans sa nouvelle famille ! Quand au sourire de l’adoptant... c’est une super récompense !

Si vous êtes ou avez été famille d’accueil pour Ani-nounou et que vous voulez témoigner, merci de nous contacter

Si cela vous a donné envie de vous engager, n’hésitez plus ! Être famille d’accueil, c’est sauver des vies...